Enquête historique et étude archéologique du bâti de la Tour Lacassagne

Enquête historique et étude archéologique du bâti de la Tour Lacassagne

Afin d’apporter des renseignements historiques et archéologiques sur la Tour Lacassagne, construction médiévale établie sur la rive droite de la Garonne, commune de Boé, une enquête historique et une étude archéologique du bâti ont été menées conjointement par le bureau d’étude Hadès.
Il s’agissait de déterminer l’intérêt patrimonial de l’édifice jusqu’alors laissé en ruine, en vue de son éventuelle réhabilitation et d’une future protection monumentale. Cette opération, réalisée en octobre 2005, a permis de donner une chronologie de construction de l’édifice, notamment par l’analyse stratigraphique des élévations qui ont fait l’objet de piquages manuels depuis les niveaux de planchers mais aussi à partir des parois verticales extérieures, qui ont été observées au moyen de cordes d’escalade, technique rendue ici nécessaire par la difficulté d’accès des abords. Une analyse dendrochronologique des pièces de bois des planchers et charpente a aussi contribué à préciser les datations avancées.

De ces travaux, la tour Lacassagne apparaît comme un édifice relativement homogène, primitivement conçu sur un plan rectangulaire de quatre niveaux (9 m x 11 m par 16 m de haut). Le niveau de rez-de-chaussée
présente une maçonnerie extérieure de calcaire percée sur les façades sud et ouest de baies étroites à larges ébrasements en brique vers l’intérieur. La façade nord ouverte d’une porte surmontée d’un arc reçoit une file de corbeaux qui se prolonge sur la façade est. Ces supports correspondent probablement à l’accroche d’une galerie en bois extérieure. Les premier et deuxième étages sont construits en brique et sont remarquablement homogènes. Des archères à fentes de tir munies de croisillon attestent la mise en défense de l’édifice. Par ailleurs, des baies à simple meneau ou à croisée, dont l’embrasure est équipée de coussièges, signalent aussi la vocation résidentielle de ces niveaux. La typologie de ces ouvertures permet de situer la construction de l’édifice dans la seconde moitié du XIVe ou le début du XVe siècle. Le niveau de comble est en brique lui aussi, mais constitue une surélévation postérieure de la tour, couronnée d’un crénelage dont on distingue encore les contours sur le côté sud. Sur la façade orientale, des portes, aux premier et deuxième étages, semblent donner dans le vide. Elles devaient primitivement communiquer soit avec une galerie extérieure et des escaliers, soit avec des cages de latrines suspendues. Ces portes sont
établies à côté de cheminées dont le style des jambages et linteaux accusent la fin du XVe ou le début du XVIe siècle. Ces cheminées tardives, ainsi que le rehaussement de la tour et plusieurs modifications sur les ouvertures des différents niveaux, illustrent les remaniements que connu l’édifice au fil des siècles, principalement dans le courant du XVIe siècle, où des bâtiments annexes furent construits, notamment deux pavillons établis en tenaille sur la tour et munis de fentes de tir pour arme à feu. Les planchers de la tour ont été remontés à cette époque, ainsi qu’en atteste l’étude dendrochronologique.

Cet édifice médiéval construit vraisemblablement dans la seconde moitié du XIVe siècle, mal documenté sur le plan historique, présente cependant une homogénéité de construction tout à fait remarquable malgré la ruine et les remaniements d’époque moderne.

thumbnail of etude-fouilles-archeologoiques
Étude archéologique du bâti de la Tour Lacassagne
thumbnail of etude-bati-tour-lacassagne
Une enquête historique et une étude archéologique du bâti de la Tour Laccassagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.